Les relations de mentorat

Dans la littérature et d’autres arts

 

Réflexion historique, pratique et théorique sur le mentorat comme mode d’enseignement et de soutien à de jeunes artistes.

 

Des relations entre artistes de type ‘mentorat’ existent depuis aussi longtemps que la pratique artistique elle-même. On trouve ainsi des descriptions du mentorat datant de l’antiquité. La pratique informelle du mentorat, dans laquelle un-e artiste expérimenté-e accompagne des personnes dont le travail artistique est encore en développement, est une tradition très ancienne, en particulier dans les arts plastiques. Au 19è siècle, les écoles d’art se réorganisèrent selon de nouveaux modèles; le mentorat était alors pratiqué par un maître dans sa classe d’étudiant-e-s, selon un mode désormais institutionnalisé.

 

Aujourd’hui, le mentorat est intégré à de nombreuses filières d’études et à des programmes de soutien à la création artistique qui placent la création individuelle au centre de leurs objectifs (par ex. l’écriture littéraire, les arts plastiques, la composition). Ces formations et ces programmes exigent des étudiant-e-s (ou des artistes bénéficiant d’un mentorat) une grande indépendance dans la réalisation de leurs projets. Pour les accompagner, on leur propose souvent un enseignement individuel, dans lequel un mentor/une menta, au bénéfice d’une plus grande expérience de la pratique artistique, suit leurs projets.

 

Cette recherche sur les relations du mentorat se focalise sur une dimension particulière de l’enseignement ou de la médiation de la pratique créative et artistique : la transmission de savoirs sur un mode individualisé, dans un dialogue s’adaptant au travail de l’étudiant-artiste et non lui imposant des standards issus d’un canon prédéfini. L’apprentissage individuel, ainsi que la notion même de l’enseignement sont repensés. L’échange intergénérationnel entre créateurs/trices et auteur-e-s en est un des éléments essentiels.
 
Image: «Télémaque et Mentor », Illustration Pablo E. Fabisch

Recherche

ORGANISATION

Projektleitung:

Marie Caffari

 

Mitarbeit:

Regina Dürig

Antoine Jaccoud

Katrin Zimmermann

 

Projektpartner:

Prof. Dr. Hanns-Josef Ortheil

 

Weitere Beteiligte:

Mentor-/innen und Mentees aus dem Bereich Literatur und anderen Künsten (HKB und extern)

 

Finanzierung:

Berner Fachhochschule, BFH

 

Laufzeit:

2010–2011